jeudi 27 avril

Publié le par Guillaume Trouillard

On a beau savoir depuis le début que l’on finira dans la solitude, c’est drôle comme elle peut vous tomber dessus du jour au lendemain sans crier gare. Il suffit que Fenouilh s’absente quelques heures pour tailler le Suisse dans le jardin, et en rentrant, les filles sont aux études et Elise est partie.

 

 

Publié dans fenouilh

Commenter cet article

Driss 02/05/2006 01:44

Une famille c'est comme un Suisse, Lilian, ça s'entretient...